Quand le Big Data aide à traquer des criminels

Le géant de l’informatique, IBM a frappé un grand coup ! Le mois dernier, Big Blue a sorti un nouveau logiciel destiné à aider les institutions judiciaires mais aussi les administrations publiques et les entreprises privées à utiliser de manière optimale ce phénomène de « data déluge« , mise à disposition et numérisation d’une quantité volumineuse de données pour « identifier, contrer et prévenir des activités criminelles, terroristes ou frauduleuses ».

Plus précisément, ce pack logiciel au doux nom d’i2 Intelligence Analysis, en examinant très rapidement tous les logiciels de données opérationnelles comme par exemple le Analyst’s Notebook, logiciel de recherche criminelle qui est capable d’afficher un diagramme visuel mettant en évidence les liens possibles entre des personnes, des lieux et d’autres facteurs (explication du mondeinformatique) est utilisé par les institutions judiciaires et les services chargés de la sécurité dans les entreprises pour détecter tout type de fraudes, abus, délits voire même crimes.

Pour exemple d’utilisateurs, de nombreuses administrations et entreprises américaines, dont notamment les banques. Quelle surprise! La police de Boston et le système juridique pénal de Orange County, en Californie partagent leurs données criminelles via la plateforme Coplink d’i2. De même, toujours d’après le monde informatique, « l’armée américaine a acheté pour 9,6 millions de dollars une licence pour utiliser Analyst’s Notebook avec son système de partage des données Distributed System Common Ground – Army (DCGS-A) au sein de l’armée. L’entreprise de défense Northrop Grumman a intégré Coplink d’i2 dans un système qu’il fournit à la Marine américaine pour pister des informations criminelles provenant de sources multiples« .

Ainsi, en associant ce nouveau logiciel avec son logiciel Big Data qui permet de collecter toutes les données mises à disposition, de les « ranger » puis de les analyser, cet i2 Intelligence Analysis va permettre de pousser encore plus loin l’analyse des données, grâce aux nouvelles fonctions de visualisation rendues possibles par des « systèmes avancés d’accès aux données », et notamment celles étant reliées à la criminalité, permettant aux utilisateurs de traiter plus rapidement leurs informations et donc d’avoir plus de temps dans leur analyse.

Seul hic, le coût du logiciel mais quel est le prix à payer pour notre sécurité?

Si vous voulez plus d’informations techniques sur ce logiciel, c’est ici !