Big Data, un marché en pleine croissance

Selon l’IDC (International Data Corporation), acteur majeur de la Recherche, du Conseil et de l’Événementiel sur les marchés des Technologies de l’Information, des Télécommunications et des Technologies Grand Public, le marché des technologies et services liés au Big Data est évalue à 16,9 milliards de dollars en 2015 contre 3,2 milliards en 2010, soit une hausse de 39% par an en moyenne.

Selon l’IDC, le Big Data est « ensemble de technologies, d’outils et de procédures, d’un coût accessible, permettant de créer, manipuler et analyser très rapidement -voire en temps réel- de larges quantités de données et contenus hétérogènes changeants et d’en extraire les informations pertinentes ».

Pour Sébastien Lamour, analyste chez IDC, « ces technologies deviennent accessibles et permettent aux entreprises de générer de la valeur sur leurs données ».

Le Big Data n’est pas qu’une problématique de bases de bases de données et d’analyse mais touche tous les secteurs plus profondément (infrastructure, gestion, organisation des données, exploration des données…) qui sont des supports à la décision pour les entreprises.

Marché en plein boom, « le service et le logiciel en représentent les plus gros segments avec près de 40% et 30% » tient à préciser Sébastien Lamour.

Reste à rendre plus clair ce terme de « Big Data » aux entreprises puisque 46% des responsables IT jugent que ce terme est flou et inadapté et que 35% n’identifient pas de bénéfices clairs autour de cette problématique, à part pour exercer un meilleur contrôle des données.

Toujours selon l’IDC, la France serait en retard niveau initiatives Big Data. Seulement 12% des entreprises interrogées ont entamé des recherches d’expertise ou de solutions. Sébastien Lamour tient donc à leur rappeler les avantages compétitifs que les projets liés au Big Data peuvent apporter, à plusieurs niveaux, par exemple « concernant l’expérience client, la capacité à analyser de manière plus fine comment ils se comportent, à quoi ils sont sensibles, pour quelles raisons ils risquent de partir vers un autre fournisseur ».

Il rappelle aussi que des sociétés se créent pour utiliser ces technologies et développer de nouveaux modèles économiques, produits et services numériques.

Pour conclure sur le phénomène Big Data, Sébastien Lamour assure qu‘il « faut avoir une vision globale et, également, investir sur les compétences, disposer des personnes qui connaissent le domaine et qui sont impliqués. […] Encore une fois, l’implication de la direction générale est indispensable à la réussite de ce type de projets ».

Source: http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-big-data-un-marche-qui-croit-de-39-par-an-en-moyenne-selon-idc-49433-page-2.html