Le Data Porn, le concept des Data « sexy »

Le titre pourrait en outrer plus d’un mais on vous rassure, il n’est ici pas du tout question de porno dans les data ou autres… Loin de là!

En fait, le Data Porn consiste à rendre les données compréhensibles et « sexy », belles à l’oeil, attirantes en somme.

Ainsi, c’est dans la présentation, la visualisation des données brutes que celles-ci prennent de la valeur. En effet,comprendre un amas de données « jeté » aux yeux des citoyens demeure très difficile et rend donc leurs interprétations impossibles. Mais, grâce à de belles visualisations, les informations sont automatiquement plus rapidement et facilement interprétables.

Ceci rejoignant cela, ce concept est donc plus que lié à celui de « Chart Porn », collection de superbes data visualisations, graphiques, infographies, cartes intéractives permettant une visualisation claire, nette, belle et précise de ces données brutes sur n’importe quel sujet. Ne l’oublions pas, comme il a été dit à la Conférence Expoviz sur les data visualisations aujourd’hui et demain, tout est data et toutes les données peuvent être visualisées.

Ainsi, comme il l’est formidablement expliqué sur le No More Blog, « en donnant gratuitement leurs données brutes, les sociétés ne perdent pas une source de revenu importante. Météo-France peut parfaitement donner gratuitement tous ses relevés, car la valeur ajoutée de Météo-France est dans l’interprétation de ces données ».

Mais, n’existe t’il pas un risque, comme les noms l’indiquent, de devenir « obsédé », plus facilement séduit et distrait par la forme que par le fond, rendant la belle visualisation beaucoup plus importante que son interprétation, son analyse?

Selon le journaliste Bryan Oekel du blog de l’entreprise Davis Brand Capital spécialisée dans la création et le management du capital de marque, UnboundEdition, « dans les années à venir, les consommateurs et relayeurs d’informations devront être de plus en plus vigilants à l’égard de leurs pouvoirs de séduction ». Car en effet, ce qui compte, au fond et par dessus tout, c’est l’analyse à en tirer et ça, il ne faut pas le perdre de vue. Un nouvel enjeu se dégage, lier avec attention beauté et analyse rapide, simple et efficace.

Il ne faudrait donc pas, comme le dit justement Claire Gilmore du blog Drivenbydata, qu’il y ait « une tendance à tourner les visualisations de données en oeuvres » et tomber dans une production de visualisations utilisant des séries de données inappropriées ou n’ajoutant aucune « valeur à l’histoire ».

S’il semble bien que de rendre les visualisations plus belles représente un plus à l’information et une valeur ajoutée aux articles, Bryan Oekel reste sur sa réserve et maintient sa position plus « old school »: « des représentations simplifiées comme les diagrammes sont plus faciles à fournir et donnent un aperçu plus facile à interpréter. [Avec ces nouveaux concepts], les relayeurs d’informations sont forcément plus tentés d’utiliser ces nouveaux outils de visualisation pour éblouir plutôt que d’informer ».

Alors, ces Data Porn et Chart Porn sont-ils de véritable plus à l’information ou représentent-ils la perte de l’âme de celle-ci? Chacun son avis…

 

Sources: http://no-more-blog-vouze.blogspot.fr/2012/06/open-data.html

http://drivenbydata.wordpress.com

http://www.unboundedition.com