Les données ouvertes de l’éducation néo-zélandaise

Vendredi 28 septembre, alors que le gouvernement néo-zélandais libérait sur le net l’ensemble des résultats nationaux des 2000 écoles primaires et intermédiaires du pays, la ministre de l’éducation, Hekia Parata, annoncait la diffusion des « données des normes Nationales »

L’ISO (International Organization for Standardization) et le CEI définissent une norme comme étant un  » document établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné.  »

D’après H. Parata, la libération de ces données contribuerait à une étape significative dans l’aide à l’acquisition de compétences en lecture, en rédaction et en mathématiques pour les jeunes étudiants.
En effet, la ministre explique que le gouvernement a présenté des normes nationales afin de mettre en avant la réussite des élèves, d’identifier leurs difficultés, et ainsi soutenir parents et écoles au soutien de leurs enfants.

Ces données seront éditées sur le site web du ministère de l’éducation néo-zélandais, dont le but est d’augmenter la disponibilité et l’accessibilité des informations sur les statistiques de l’éducation et la recherche.

Y sont référencés des enquêtes et des évaluations sur l’éducation des élèves, basées sur des critères tels que les plages d’informations depuis l’obtention de qualifications, les heures étudiées, l’environnement familial de l’élève ainsi que les perceptions des élèves et leurs enseignants.

Au contraire, on parle beaucoup du retard de la France en matière d’Open Data, Gilles Babinet soulignait lors la conférence Open Data du 25 septembre ; « Il est impossible de connaitre la performance scolaire d’un lycée […] En matière d’éducation, de santé, de compétence territoriale, l’Open Data doit être au cœur d’une stratégie de réforme »

Quant à savoir si concrètement la libération de ce type de données sera bénéfique aux élèves français, il faut avant tout se pencher sur la culture de notre pays et ainsi comprendre la réticence de notre gouvernement à les diffuser.

Un petit plus :

La Politique c’est net, L’école numérique, traite de l’utilisation du numérique à l’école. Une émission d’une durée de 29 minutes, dont le visionnage est fortement conseillé.

Pour plus d’informations :