Le Big Data créé de l’emploi

D’abord, un petit rappel : le Big Data, c’est le défi informatique de notre décennie ! L’explosion du nombre de données libérées et les nouvelles possibilités technologiques proposées par la Business Intelligence afin de les exploiter ont permis de numériser notre monde analogique, c’est le Big Data. Toute sorte de données peut être recherchée et traitée afin d’être exploitées et devenir information.

Le Big Data est une opportunité extraordinaire pour une entreprise de n’importe quel secteur d’accroitre sa productivité. En apprenant à exploiter ses données, une entreprise verra sa marge opérationnelle augmenter de 60% selon les analystes du cabinet McKinsey.

Mais pour parvenir à ses résultats, plus d’un million et demi de managers capables d’analyser les données et quelques deux cents mille analystes, développeurs, experts, architectes, consultants et data scientists seront nécessaires d’ici 2018 pour les Etats-Unis uniquement.

Un grand nombre de données, structurées ou non, sur tout type de support, doit être traité, c’est pourquoi de nombreux postes doivent être créés, d’autant plus que le phénomène Big Data est amplifié avec la génération Y qui grandit, grande amatrice et consommatrice de données, les offres d’emplois qualifiés seront donc de plus en plus nombreuses.

En France, les fournisseurs et prestataires de services placent le Big Data comme une priorité afin de faire évoluer leurs solutions et services car c’est un outil d’aide à la décision, toutes ces informations accessibles rendront les décisions opérationnelles plus efficaces.

Un gros investissement est donc à fournir par les entreprises, qui reconnaissent ne pas encore être préparées pour le Big Data, non pas en terme de solutions logicielles mais bien en terme de compétences et de ressources humaines. Le traitement des données est long et consciencieux et nécessite des personnes qualifiées.

Avec la multiplication des projets Big Data, les postes d’analystes sont très recherchés, et pourtant, ces spécialistes sont encore très rares sur le marché de l’emploi.M. Dey, directeur Business Solution chez SAS, parle d’ailleurs « d’un déficit flagrant de culture de la donnée » alors qu’il estime pourtant le nombre de professionnel de la Data en France entre 20 000 et 30 000 dans un futur proche. Si les analystes sont déjà présents dans le monde de la finance, ils sont aussi nécessaires dans la grande distribution, chez les opérateurs télécom, dans le secteur public. Tous ont un œil porté vers « ces profils d’analystes BI ou Big data à triple culture, informatique, modélisation mathématique et culture économique au sens large » toujours selon M. Dey.

Les formations augmentent et les offres fourmillent. Le chômage ? Pas chez les « dateux » !