Web Sémantique/Open Data, une relation à entretenir

Open Data? Plus besoin de définir ce terme! En revanche Web Sémantique, c’est une toute autre paire de manches…! Essayons de faire simple, le but du web sémantique est de rendre ce contenu « sémantique » (qui a du sens) des ressources Web compréhensibles et interprétables aussi bien par l’homme que par la machine. Ainsi, d’après son créateur Tim Berners-Lee, « il s’agit d’arriver à un web intelligent, où les informations ne seraient plus stockées mais comprises par les ordinateurs afin d’apporter à l’utilisateur ce qu’il cherche vraiment« .

Mais l’Open Data peut-il se passer du web sémantique? Telle est la question qui a été débattue par Tangui Morlier, co-fondateur de Regards Citoyens, François Bancilhon, créateur de Data Publica et François Scharffe, chercheur et coordinateur du projet DataLift au cours de la table ronde organisée le mercredi 2 mai 2012 par Logilab lors de la conférence SemWeb.Pro à Paris.

Présenté comme une force, le web sémantique est vu comme LA plateforme logique et indiscutable « pour la mise à disposition des données publiques de façon non discriminatoire et ouverte », selon Tangui Morlier. En effet, ces données peuvent être libérées sous un format brut ou dans des formes plus adaptées à leur réutilisation par les technologies du web sémantique, évitant ainsi un gros travail de reformatage et de réadaptation de ces data.

Mais le web sémantique, selon François Bancilhon, est « un outil qui peut être une bonne solution, mais qui n’est pas une obligation ». En effet, « ouvrir les données est essentiel, mais il ne faut pas les restreindre sur les formats à utiliser, pour ne pas dissuader ceux qui souhaitent partager leurs données ».
Au contraire, Tangui Morlier pense qu’il faut « nécessairement ouvrir les données avec des formats ouverts et pérennes dans le temps ». Un débat sur la question des formats des données mises à disposition est donc toujours d’actualité. Depuis le début de l’ère Open Data en France, la question des formats des données est débattue et est un enjeu. Force est de constater qu’il n’y a toujours pas de consensus national. Sans la résolution de cette question, le mouvement ne pourra avancer…

Ainsi, il faut arriver à prouver aux administrations publiques l’utilité du web sémantique, ainsi que tous les bénéfices que celui-ci pourrait apporter. Mais pour que prévale une relation forte entre web sémantique et Open Data, il faudrait d’après Tanguy Morlier que « les concepteurs arrivent à créer une ontologie simple qui donne envie aux administrations de s’investir dans le web sémantique ».

En conclusion, citons François Scharffe pour qui la relation entre web sémantique et Open Data a la possibilité, dans un futur proche de devenir celle d’« un couple gagnant/gagnant, qui pourrait en plus populariser à la fois web sémantique et Open Data ». Certaines organisations ont d’ailleurs déjà ferré le poisson comme parisemantique.fr, initiative privée sans financement, dont l’objectif est d’une part de traduire le maximum de données publiques issues du mouvement parisien en données aisément compréhensibles par les machines, tout le travail du web sémantique en somme, et d’autre part de favoriser l’exploration de ces données par les utilisateurs à l’aide d’une interface facilement abordable et conçue dans un esprit collaboratif et participatif.

Le Web Sémantique est donc un enjeu de l’Open Data dont on parle peu mais qui en vaut largement le coup.