10 millions de livres sterling investies dans l’Open Data du côté des britanniques

L’Open Data Institute ouvrira ses portes à Shoreditch, à l’est de Londres en septembre prochain. Il sera co-dirigé par Tim Berners-Lee -directeur du W3C et inventeur du World Wide Web– et le professeur d’intelligence artificiel Nigel Shadbolt -architecte du portail data.gov.uk-.

Financé par l’État britannique à hauteur de 10 millions de livres sterling sur cinq ans (12,5 millions d’euros) l’ODI va étudier et diffuser les meilleures pratiques d’exploitation des données publiques ouvertes.

Le secteur privé est également appelé à investir dans le projet par le biais du mécénat, de bourses de recherche ou de dons.

« L’une des raisons pour lesquelles le web a fonctionné, c’est que les gens ont réutilisé leurs contenus d’une façon jamais imaginée par ceux qui l’ont créé. La même chose sera vraie de l’open data. L’Institut va nous permettre de fournir les outils, les compétences et les méthodes pour soutenir la création de valeur nouvelle à l’aide des données publiques ouvertes », a indiqué Tim Berners-Lee le mardi 22 mai.

L’ODI tient à organiser chaque année des compétitions afin d’apporter un accompagnement aux petites entreprises qui auront montré leur potentiel en matière d’ouverture de données. L’institut formera par ailleurs des spécialistes de l’Open Data qui apporteront leur soutien aux arrivants dans le secteur.

« Nous ne voulons pas seulement entraîner le monde à libérer les données gouvernementales, notre objectif est de faire du Royaume-Uni un modèle international en exploitant le potentiel des données ouvertes pour générer de nouvelles opportunités d’affaires et stimuler la croissance » a déclaré Francis Maude – ministre au sein du Cabinet Office dirigé par le Premier ministre britannique David Cameron- par voie de communiqué.

 

L’exemple britannique : data.gov.uk

Data.gov.uk est un portail d’accès à un ensemble de données collectées par le gouvernement et les agences publiques britanniques et régulièrement mises à jour. Actuellement data.gov.uk héberge environ 3 200 bases de données et une cinquantaine d’applications dérivées.

Lancé officiellement en janvier 2010, Data.gov.uk a été perçu comme une grande victoire pour la communauté pro-opendata. Le Royaume-Uni voit de plus en plus émerger sites web et autres applications basés sur des données libérées, qui font désormais parti de la communauté. Plus particulièrement sur les données cartographiques liées aux codes postaux, autour de la dernière élection générale de mai 2010.