L’Open Data, réducteur de dépenses publiques

Selon une enquête de Steria, entreprise de services qui s’appuient sur les nouvelles technologies qui permettent aux administrations et aux entreprises d’améliorer leur efficacité et leur rentabilité, plus de la moitié des hauts fonctionnaires et agents publics des services de l’Etat et administrations en Europe sont d’avis que le partage de l’information et des services est une condition essentielle des futures prestations axées sur les besoins des citoyens.

Ainsi, selon les résultats de cette enquête nommée « Beyond Efficiency: Public Administration Transformation », toutes les hautes autorités européennes de la fonction publique s’accordent sur le fait que les services aux citoyens fondés sur l’Open Data, la collaboration entre les sociétés privées, les administrations et les citoyens, ainsi que les services partagés sont une préoccupation commune. Il est donc nécessaire pour eux de développer et d’axer plus leurs services sur le citoyen, cela reposant donc sur une transparence totale de leurs parts.

En temps de ralentissement économique, les pays européens tentent une nouvelle approche pour réduire le coût de fonctionnement de leurs administrations, mais aussi pour les optimiser structurellement. Cette nouvelle stratégie repose alors sur l’Open Data, la libération des données publiques pouvant être réutilisées, mais aussi et surtout sur la transparence démocratique. Ainsi, les activités des agents publics sont rationalisées et recentrées au travers de grands chantiers de transformation.

Selon Pierre Basquin, responsable de la Business Community Secteur public de Steria, « Les conclusions de cette enquête nous apprennent que les agents de la fonction publique sont au fait de ces questions et qu’ils souhaitent ardemment tester de nouvelles idées afin de faire les choses différemment. Si chaque pays a sa propre approche de ces questions, la volonté est forte de se concerter, de mettre les connaissances en commun et d’échanger des idées en faveur de la transformation. En s’emparant de cette thématique, l’Union européenne serait en capacité de créer un environnement qui ne serait plus dominé par la seule vision politique des conditions d’organisation et de prestation des services, mais où, au contraire, la meilleure solution serait le résultat de la mise en commun des capacités des fonctionnaires, des ONG, des entreprises et de la société civile elle-même, à mesure que de nouveaux outils et technologies informatiques et de communication deviennent disponibles. »

François Enaud, gérant exécutif de Steria conclut « A la lumière des conclusions de cette enquête, il apparaît que les administrations et services des gouvernements de toute l’Europe n’auront d’autre choix que de simplifier et d’automatiser leurs processus, surtout autour de l’Open Data, s’ils veulent innover. En Allemagne et en Belgique, précurseurs du partage des données, on pose déjà les fondations que supposent ces thématiques d’avenir. Mais il reste beaucoup à faire dans d’autres pays pour défragmenter les administrations et convaincre l’opinion publique que la promesse de l’Open Data et de l’amélioration des services sera effectivement tenue ».

Source: http://www.toolinux.com/L-Open-Data-condition-essentielle