L’Open Data, un domaine réservé aux Geeks?

Le courant de l’Open Data est encore très peu répandu dans l’esprit de l’individu alpha, qui, s’il connaît son existence, ignore le plus souvent tous de ses principes. Libération, ouverture, partage de données ou encore démocratie participative sont des idées floues pour ledit citoyen, qui paraît encore très éloigné du mouvement Open Data.

Cependant, l’une des promesses de l’Open Data est la mise à disposition des données publiques dans le but de rendre service au citoyen, en lui fournissant un large flux d’informations utiles, une transparence de l’action publique, un pouvoir de participation aux débats démocratiques, un accès aux services publiques… tout cela, notamment grâce à l’ouverture d’une plateforme nationale de données publiques : data.gouv.fr, et à l’émergence d’applications à usages citoyens, et de blogs d’information comme Les Echos ou 123 Open Data.

L‘open data est une démarche de publication de donnée brutes. Ces données sont donc adressées à une communauté réduite, capable d’interpréter ces données. La complexité de certains formats et la structure de certaines données les rend bien souvent indéchiffrables au citoyen. A première vue, seuls des statisticiens, développeurs et designers d’applications ou tout autre individu possédant des qualités techniques et analytiques seraient donc aptes à utiliser ces données, laissant sur la touche le citoyen.

Néanmoins, le citoyen est très concerné par cette libération de données, celles-ci étant présentes tout autour de lui sans même qu’il s’en aperçoive, dans les applications mobiles par exemple. S’il ne peut utiliser les jeux de données, il peut cependant suggérer des idées d’applications comme sur le portail Data de la SNCF. Il a donc un rôle à jouer dans la démarche de l’ouverture des données.

En effet, certaines initiatives citoyennes ne seraient pas réalisables sans cette possibilité d’accéder et de réutiliser librement les données publiques.

De plus, la disponibilité des données budgétaires, de la répartition des subventions, des données sur la vie des quartiers ou les marchés publics permet une réappropriation, si ce n’est par le citoyen, du moins par les journalistes pour rendre l’action publique plus lisible. C’est le cas dans la démarche du Conseil Général de Saône et Loire.

Pour le grand public, l’Open Data présente donc plusieurs avantages. Le plus visible étant celui de l’émergence de services innovants. Notamment les données relatives aux transports en communs qui ont suscité la création de nombreuses plateformes de consultations de ces données. Aussi bien sur des interfaces web que mobiles, celles-ci rendent de nombreux services aux citoyens.

Au-delà de ce type d’applications, apparaissent aussi de nouvelles formes de visualisations qui permettent aux citoyens et aux journalistes de mieux appréhender les données ouvertes. Un site  permet de visualiser la répartition du budget de l’état en fonction des ministères de manière bien plus conviviale qu’avec des lignes de chiffres. Ces services et bien d’autres sont des sources d’informations plus faciles d’accès. C’est la mission que s’est fixé 123 OpenData.com : faire connaître l’Open Data et le rendre accessible à tous.