[Open Data à mon service] (Ne pas) Retrouver ma voiture à la fourrière

Cela vous est peut-être déjà arrivé, après une demi-heure (éprouvante) de recherche d’une place de parking, de garer votre voiture sur un trottoir. Mais cela comporte des risques, et votre voiture peut aussi se retrouver à la fourrière.

Dans la plupart des cas, vous n’avez alors d’autre choix que d’appeler les autorités pour savoir où se trouve votre véhicule. Mais si vous habitez paris, vous pouvez maintenant vous rendre sur le site de la préfecture de police de paris. Entrez votre numéro de plaque, et vous saurez où est votre voiture. Encore mieux, vous pouvez télécharger l’application sur votre smartphone. Vous apprendrez aussi de quels documents vous avez besoin pour récupérer votre voiture. Bien sûr, c’est toujours désagréable, mais il y a du mieux.

Et l’Open Data dans tout ça ?

Même si  Philippe Guiraud, coordinateur Open Data du Ministère de l’Intérieur, se félicite de l’engagement de la préfecture de police de paris, on est encore bien loin de pouvoir parler d’Open Data pour les informations relatives à la mise en fourrière des véhicules parisiens. En effet, la préfecture ne publie pas la liste des véhicules enlevés, comme cela se fait à Chicago.

Le service aux citoyens y gagnerait pourtant certainement, histoire de ne pas seulement aider les automobilistes à retrouver leur voiture à la fourrière, mais peut-être leur épargner cette désagréable expérience.

En effet, l’Open Data, la vraie, permet d’exploiter les données et de créer des services innovants. On pourrait par exemple imaginer un service qui informe les automobilistes du nombre d’enlèvements de véhicules lors du dernier mois. Qui prendrait alors le risque de garer sa voiture sur un trottoir dans une rue à plusieurs dizaines d’enlèvements par mois ?

On est donc en bonne voie, mais il y a encore du chemin à faire.