Un Petit Pas pour l’Union Européenne, mais un Grand Pas pour l’Open Data

Avec la proposition de loi avancée par la commissaire chargée de l‘agenda numérique auprès de l’Union Européenne, Neelie Kroes, les États membres de l’Union européenne vont avoir l’obligation de rendre publiques et donc disponible sous des formats numériques toutes les données de leurs administrations.

Selon la Commission, « c’est une énorme opportunité pour les entreprises de haute technologie, puisque le marché a été estimé à 400 milliards d’euros par an pour l’économie européenne, dont 100 milliards d’euros reviendraient à la recherche sur les technologies de traitement des données. » De l’argent sera également alloué à la création de portails Internet via le Programme-cadre pour l’Innovation et la Compétitivité (PIC) de l’UE. La Commission va également soutenir la recherche dans le domaine des infrastructures de données.

Cette directive met ainsi en avant l‘importance croissante du mouvement Open Data partout en Europe.« C’est un signal fort à l’attention des administrations. Elles doivent comprendre que leurs données ont plus de valeur si elles les diffusent. Elles doivent donc commencer à s’en séparer dès maintenant », permettant ainsi de grands bénéfices et opportunités.

La Commission rendra ses propres données disponibles via un portail web Open Data d’ici peu. Il servira de point d’accès unique pour les données réutilisables de toutes les institutions, organisations,agences et autorités nationales de l’Union Européenne.

La Commission affirme elle aussi que ces dispositions vont  permettre d’accroître la transparence des administrations publiques: « L’Open Data est un instrument puissant pour accroître la transparence de l’administration publique, il améliore la visibilité d’informations, auparavant inaccessibles, informe les citoyens et les entreprises sur les politiques, les dépenses publiques et les résultats. »

Si cette proposition de loi est adoptée par le Parlement Européen et les États membres, elle entrerait en vigueur en 2013 et ceux-là auront 18 mois pour la transposer dans leur législation nationale.

Le phénomène Open Data a enfin la reconnaissance qu’il mérite!