Le Parti Pirate réveillera t-il l’Open Data ?

A l’aborDATAge !

Le Parti Pirate, déjà présent dans 40 pays est un mouvement politique qui souhaite avoir une société capable de « partager fraternellement les savoirs culturels et scientifiques de l’humanité; protéger l’égalité des droits des citoyens grâce des institutions humaines et transparentes et défendre les libertés fondamentales sur Internet comme dans la vie quotidienne. »

L’économiste, démographe et sociologue français Alfred Sauvy a dit : « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets »

Afin d’arriver à un compromis entre démocratie directe et démocratie participative, ce parti vise à mettre le citoyen au centre des décisions politique par le biais d’internet.

Un des thèmes principaux de campagne – parmi la légalisation du partage, la lutte contre le fichage abusif, l’indépendance de la justice et la transparence de la vie politique– est d’ailleurs l’ouverture des données publiques : « Utiliser des formats et standards ouverts,  publier sous licences libres les données publiques ou d’utilité publique, afficher le détail des marges de chacun des acteurs dans le prix final et rendre aux citoyens la transparence, et le contrôle sur leur vie civile » sont les piliers de la campagne du Parti Pirate.

L’Open Data concerne tous les citoyens dans leur vie de tous les jours, le Parti Pirate souligne cet aspect et souhaite une libération totale des données concernant l’économie, le territoire et l’environnement et inclure l’Open Data dans les lois, décisions politiques et finances du pays.

L’information doit être disponible mais aussi accessible grâce à des formats simples et réutilisables. Le travail des fonctionnaires des administrations serait valorisé car visible et pouvant resservir.

Cette ouverture permettrait donc le développement d’applications destinées aux citoyens, et d’assurer la transparence de l’Etat, ce qui encouragerait la participation citoyenne et la coopération entre les acteurs du territoire.