La Révolution de Jasmin, une aubaine pour l’Open Data en Tunisie

Hier a eu lieu la deuxième édition de l’Orange Mobility Forum, organisé par l’opérateur Orange Tunisie et le Ministère tunisien des technologies de l’information et de la communication. Le thème choisi cette année a alors été « la mobilité au service du citoyen ».

Lors de son discours, le directeur général d’Orange Tunisie, Thierry Marigny, a affirmé que « la Révolution Tunisienne et les élections transparentes ont contribué au développement du concept de citoyenneté ». L’accent a donc été mis sur l’Open Data en tant qu’accès libre pour les citoyens aux informations rendues publiques, permettant la transparence gouvernementale et la participation citoyenne aux événements et choix futurs du pays.

De même, Mr Marigny a ajouté qu’Orange continuait d‘encourager les développeurs tunisiens dans la création de nouveaux services et applications numériques dédiés aux citoyens, générant ainsi de nouveaux emplois.

Ainsi, le projet « CityCamp Tunisia: ville et citoyenneté pour le développement » a été présenté. Celui-ci a pour but de créer des applications destinées à faciliter la communication entre les citoyens et les services municipaux et améliorer les services publics et la transparence des institutions locales, tout en plaçant le citoyen au coeur de la société.

L’objectif final de cette lancée dans le mouvement Open Data est donc, selon le ministre des technologies de l’information et de la communication, Mongi Marzouk, d’offrir l’opportunité à chaque tunisien d’émettre son avis et de participer aux choix de son pays à travers notamment le rapprochement de l’information des régions de l’intérieur.

Bref, l’Open Data amène donc l’ouverture tant attendue après la chute du régime Ben Ali.