Bookshelf

Administration

Le contexte et la présentation clinique vont dicter le type de médicament prescrit, la posologie et la voie d’administration. Un examen attentif des symptômes et des antécédents médicaux, des allergies et de l’exposition antérieure à/des utilisations de ces médicaments conduira à un meilleur résultat pour le patient.

Antagonistes des récepteurs de la sérotonine : Ondansétron, granisétron, dolasétron, palonosétron. Le mécanisme d’action est de bloquer l’interaction de la sérotonine avec le récepteur 5-HT3. Parmi ces médicaments, l’ondansétron et le granisétron sont les plus fréquemment rencontrés. Des préparations intraveineuses (IV) et orales (PO) sont disponibles. Les effets secondaires comprennent les maux de tête, les étourdissements et la constipation. L’effet secondaire le plus inquiétant est la prolongation de l’intervalle QTc, et les cliniciens doivent éviter ces médicaments chez les patients présentant un QTc prolongé connu.

Glucocorticoïdes : Le mécanisme d’action n’est pas clairement compris. Les mécanismes possibles sont des modifications de la barrière hémato-encéphalique et une diminution de la synthèse des messagers prostaglandines. La dexaméthasone a fait l’objet d’une étude approfondie dans la littérature sur la chimiothérapie et la prévention des nausées et vomissements postopératoires. Les effets secondaires sont légers lorsqu’ils sont utilisés à court terme et comprennent l’insomnie, l’excitation et les changements d’humeur. Des formulations PO et IV sont disponibles.

Anticholinergiques : la scopolamine est le médicament le plus fréquemment rencontré dans cette classe. Elle agit en antagonisant le récepteur muscarinique M1. Elle est principalement utilisée pour traiter le mal des transports ou à titre prophylactique dans le cadre périopératoire. Les effets secondaires sont généralement légers mais comprennent la sécheresse buccale, des modifications de la vision ou la somnolence. L’administration est transdermique.

Antagonistes des récepteurs de la neurokinine : L’aprépitant (PO) et le fosaprépitant (IV) mettent en évidence cette classe de médicaments qui implique un antagonisme du récepteur NK-1, empêchant la libération de la substance-P, qui est un inducteur de vomissements. Comme avec de nombreux médicaments, les effets secondaires comprennent des maux de tête et des vertiges, mais des rapports de cas ont été publiés, notant des réactions d’hypersensibilité importantes pour inclure l’anaphylaxie et le choc anaphylactique.

Antagonistes des récepteurs de la dopamine : Les phénothiazines antagonisent le récepteur D2, plus particulièrement dans l’aire postrema du cerveau. La prochlorpérazine et la chlorpromazine sont des exemples de cette classe de médicaments. Des formulations IV, PO et rectales (PR) sont disponibles. Les effets secondaires comprennent des étourdissements, des maux de tête et des symptômes extrapyramidaux incluant la dystonie et la dyskinésie tardive.

Les butyrophénones agissent également en antagonisant le récepteur D2. Le dropéridol et l’halopéridol se sont avérés être des antiémétiques très efficaces, mais en raison de leurs effets secondaires, ils sont tombés en disgrâce dans de nombreux environnements. Les voies d’administration intramusculaire (IM) et IV sont efficaces. En plus des profils d’effets secondaires plus typiques, ces médicaments peuvent provoquer un allongement de l’intervalle QTc en fonction de la dose et nécessitent une prudence chez les personnes présentant un allongement de l’intervalle QTc connu ou suspecté.

Les benzamides antagonisent le récepteur D2 à faibles doses mais antagonisent également le récepteur 5-HT3 à doses plus élevées. Le métoclopramide est le médicament le plus courant de cette classe et est généralement utilisé comme agent pro-motilité pour réduire les nausées et les vomissements. Des formulations PO et IV sont disponibles. Ce médicament peut traverser la barrière hémato-encéphalique. Comme les autres antagonistes de la dopamine, ce médicament peut provoquer une dystonie, une dyskinésie tardive et une akathisie. Un avertissement  » encadré  » de la FDA met en garde contre une utilisation répétée et à long terme car il peut provoquer une dyskinésie tardive irréversible.

La thérapie par les cannabinoïdes est relativement nouvelle et quelque peu controversée. Le nabilone et le dronabinol ont été étudiés et présentent certains avantages, bien que des effets secondaires importants tels que le vertige, l’hypotension et la dysphorie aient limité leur utilisation dans certaines populations. Des formulations IV et PO sont disponibles.

Les antihistaminiques agissent en antagonisant les récepteurs de l’histamine (H1, H2). La diphénhydramine, la méclizine, la prométhazine sont des médicaments courants de cette classe. Ils sont largement disponibles, généralement bien tolérés, et il existe des formulations PO, IV, IM, PR. La sédation est un effet secondaire courant et largement rapporté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.