Calpulli

Calpulli (de calpolli, grande maison), un terme nahuatl pour une subdivision d’un Altepetl, parfois utilisé comme synonyme ou remplacé par Tlaxilacalli. Il existe plusieurs définitions des calpulli, allant du groupe familial au temple en passant par le district territorial le plus connu (ces différences étant dues aux variations régionales). Il y a un plus grand accord sur la nature fonctionnelle des calpulli, souvent combinés en groupes de quatre, six ou huit dans un seul altepetl. Le calpulli était le détenteur et le distributeur de base de l’usufruit foncier aux citoyens, et l’unité responsable de la collecte et de la livraison du tribut. Chacun avait son propre chef et sa propre noblesse, ainsi qu’un temple et une zone de marché. Les calpulli étaient classés par ordre d’importance et représentés proportionnellement par rotation au niveau de l’administration de l’altepetl. Ils étaient souvent divisés en unités encore plus petites, parfois appelées calpulli ou tlaxilacalli elles-mêmes. Après l’invasion espagnole, le calpulli a persisté, conservant une grande partie de son organisation préhispanique.

Voir aussiAyllu ; Peuples indigènes ; Histoire pré-contact : Mésoamérique.

BIBLIOGRAPHIE

Parmi les nombreux chercheurs qui se sont penchés sur la nature des calpulli, on trouve Edward Calnek, « The Internal Structure of Tenochtitlán », dans Ancient Mesoamerica, Selected Readings, édité par John Allen Graham (1981), pp. 337-338 ; Frances Berdan, The Aztecs of Central Mexico : An Imperial Society (1982), pp. 56-59 ; Rudolf Van Zantwijk, The Aztec Arrangement : The Social History of Pre-Spanish Mexico (1985) ; S. L. Cline, Colonial Culhuacán, 1580-1600 : A Social History of an Aztec Town (1986) ; Susan Schroeder, Chimalpahin and the Kingdoms of Chalco (1991) ; James Lockhart, The Nahuas After the Conquest : A Social and Cultural History of the Indians of Central Mexico, Sixteenth through Eighteenth Centuries (1992), esp. pp. 16-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.