Fluconazole : un nouvel antifongique triazole

Le fluconazole est un antifongique bis-triazole substitué par du fluor. Son mécanisme d’action, comme celui des autres azoles, implique l’interruption de la conversion du lanostérol en ergostérol via la liaison au cytochrome P-450 fongique et la perturbation ultérieure des membranes fongiques. Une activité contre Aspergillus spp, Blastomyces dermatitidis, Candida spp, Coccidioides immitis, Cryptococcus neoformans, Histoplasma capsulatum et Paracoccidioides brasiliensis a été démontrée dans plusieurs modèles animaux. Le fluconazole peut être administré à la fois par voie orale et par voie intraveineuse. Les concentrations sériques maximales moyennes atteintes chez des volontaires humains après 50 et 100 mg (par voie orale) sont de 3,1 et 7,0 mumols/L respectivement. La liaison aux protéines est faible (11 %) et le rapport liquide céphalo-rachidien/sérum est de 0,58 à 0,89. La demi-vie sérique est longue (22-32 heures) et l’élimination se fait par clairance rénale du médicament inchangé. Des essais et des rapports cliniques appuient l’utilisation du fluconazole dans le traitement de la candidose, particulièrement les infections oropharyngées et œsophagiennes chez les hôtes immunodéprimés. Le fluconazole est également approuvé pour le traitement initial et suppressif de la méningite cryptococcique. Son rôle dans la prise en charge des infections fongiques systémiques sera mieux défini lorsque les résultats d’autres essais comparatifs seront disponibles. Le fluconazole est bien toléré et ses effets sur la stéroïdogenèse sont nettement inférieurs à ceux du kétoconazole. La clairance de l’antipyrine n’est pas modifiée à de faibles doses (50 mg) de fluconazole ; cependant, on peut s’attendre à des interactions médicamenteuses lors de l’utilisation de doses plus importantes avec des agents tels que la cyclosporine, la phénytoïne, les hypoglycémiants oraux et la warfarine. La rifampicine semble diminuer la clairance métabolique du fluconazole. Le fluconazole est disponible sous forme de formulations orales et parentérales. Des doses uniquotidiennes de 100 à 400 mg sont recommandées. Une réduction de la posologie est conseillée pour les patients présentant une insuffisance rénale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.