La lettre d’information McDougall

La nutrition extrême : Le régime alimentaire des Esquimaux*

Le régime carnivore des habitants esquimaux traditionnels des régions gelées, septentrionales et circumpolaires de la planète Terre (Sibérie, Alaska, Canada et Groenland), sert de testament aux forces et à l’adaptabilité de l’espèce humaine. Les aliments consommés par ces gens robustes sont en opposition « polaire » avec ceux que je recommande (le régime McDougall composé de féculents, de légumes et de fruits) : un régime carnivore contre un régime herbivore. Malheureusement, la désinformation entourant le régime entièrement carné des Esquimaux a promu des habitudes alimentaires dangereuses auprès du grand public moderne.

Pendant plus de 6 000 ans, les indigènes du Nord glacé ont vécu sans presque aucun contact avec le reste du monde. Ce n’est qu’au milieu des années 1800 que des documents fiables ont été établis sur leur vie quotidienne, leur régime alimentaire et leur santé. Les premiers rapports décrivent ces gens comme étant beaux et athlétiques lorsqu’ils étaient jeunes, mais ils vieillissaient ensuite rapidement, et « les hommes et les femmes qui semblaient avoir 60 ans ou plus étaient rares »

Des rumeurs ont depuis circulé selon lesquelles les Esquimaux traditionnels ont vécu sans maladie cardiaque, sans cancer et sans la plupart des autres maladies chroniques qui touchent les civilisations occidentales de nos jours. Des recherches publiées au milieu des années 1970 ont tenté d’expliquer ce « paradoxe esquimau » consistant à vivre en bonne santé avec très peu d’aliments végétaux, sur un régime riche en graisses, en cholestérol et sans fibres alimentaires. Les graisses de poisson oméga-3 étaient considérées comme l’ingrédient miracle assurant la protection. Les experts en diététique et en médecine ont accepté sans critique cette théorie face à des bibliothèques remplies de preuves du contraire. Ils disent aux patients de manger plus de poisson, de volaille et même de viande rouge comme les Esquimaux – et beaucoup d’huile de poisson – afin de rester en bonne santé.

Pousser l’enveloppe nutritionnelle

Les animaux chassés, notamment les oiseaux, les caribous, les phoques, les morses, les ours polaires, les baleines et les poissons fournissaient toute la nutrition des Esquimaux pendant au moins 10 mois de l’année. Et pendant la saison estivale, les gens cueillaient quelques aliments végétaux comme les baies, les herbes, les tubercules, les racines, les tiges et les algues. Les terres gelées et couvertes de neige étaient impropres à la culture des plantes. La chair animale était, par nécessité, la seule nourriture disponible la plupart du temps.

La graisse, et non les protéines, des aliments d’origine animale fournissait la plupart des 3 100 calories nécessaires quotidiennement à ces personnes actives. Les végétaux sont la principale source de tous les glucides, y compris les sucres digestibles et les fibres alimentaires non digestibles. La consommation de viande crue fournissait indirectement aux Esquimaux suffisamment d’hydrates de carbone sous forme de glycogène (présent dans les muscles et le foie des animaux) pour répondre à leurs besoins en nutriments et les maintenir hors d’un état de famine appelé cétose. Le tissu musculaire ne contient presque pas de calcium, et par conséquent, l’apport quotidien était d’environ 120 mg/jour, contre les 800 mg et plus généralement recommandés pour une bonne santé. Les plantes (et non les êtres humains) synthétisent la vitamine C. Pourtant, l’esquimau a pu éviter le scorbut grâce aux 30 mg de vitamine C consommés quotidiennement que l’on trouve dans les animaux terrestres et marins. Les recommandations pour la vitamine C sont de 60 mg/jour et plus par jour. Les faibles niveaux d’ensoleillement et la vitamine D préformée provenant du poisson répondaient aux besoins en « vitamine D du soleil » pour la santé des esquimaux. Par la grâce de la conception environnementale, la Nature s’est assurée qu’il y avait juste assez de nutrition pour que les Esquimaux puissent survivre.

.

.

.

Pourcentage de calories provenant des macronutriments de divers régimes
Esquimaux Américain McDougall Kempner
Graisse 50 40 8 5
Protéines 35 20 12 5
Carbohydrates 15 40 80 90

Le régime McDougall offre un équilibre nutritionnel idéal pour la prévention et le rétablissement à long terme des maladies causées par l’obésité américaine.long terme des maladies causées par le régime américain. Le régime Kempner, à base de riz et de fruits, fait franchir une nouvelle étape à la diétothérapie en permettant un rétablissement encore plus important aux organismes qui ont été accablés par un excès de protéines et de graisses.

Il n’y a pas de paradoxe esquimau

L’être humain est conçu pour s’épanouir avec un régime à base de féculents, de légumes et de fruits. L’expérience esquimaude sert de testament aux forces miraculeuses et à l’adaptabilité de notre corps. Nous pouvons survivre avec de la viande crue ou cuite, mais nous nous épanouissons avec des féculents, des légumes et des fruits. Ces gens robustes ont survécu en vivant à la limite de l’enveloppe nutritionnelle, mais pas en bonne santé. Voici quelques-uns des coûts de santé qu’ils ont payés :

  • Les Esquimaux souffrent d’athérosclérose

Les affirmations selon lesquelles les Esquimaux étaient exempts de maladies cardiaques (artères) sont fausses. Un examen approfondi des preuves conclut que « les Esquimaux ont une prévalence similaire de CAD (coronaropathie) que les populations non esquimaudes, ils ont une mortalité excessive due aux accidents vasculaires cérébraux, leur mortalité globale est deux fois plus élevée que celle des populations non esquimaudes, et leur espérance de vie est environ 10 ans plus courte que celle de la population danoise. »

Des restes momifiés d’Esquimaux datant de 2 000 ans ont montré un durcissement important des artères dans tout leur cerveau, leur cœur et leurs membres ; conséquence directe du suivi d’un régime carnivore à base d’oiseaux, de caribous, de phoques, de morses, d’ours polaires, de baleines et de poissons. Le numéro de juin 1987 du magazine National Geographic contenait un article sur deux femmes esquimaux, l’une âgée d’une vingtaine d’années et l’autre d’une quarantaine d’années, gelées depuis cinq siècles dans une tombe de glace. Lorsqu’elles ont été découvertes et examinées médicalement, elles présentaient toutes deux des signes d’ostéoporose sévère et souffraient également d’athérosclérose étendue, « probablement le résultat d’un régime alimentaire riche en graisse de baleine et de phoque. »

  • Les Esquimaux souffrent d’une perte osseuse sévère

Leur régime pauvre en calcium et le manque de soleil (vitamine D) ne sont que des facteurs mineurs contribuant à l’ostéoporose étendue constatée chez les Esquimaux récents et anciens. On a constaté que les Esquimaux d’Alaska âgés de plus de 40 ans présentaient un déficit de densité minérale osseuse de 10 à 15 % supérieur à celui des Américains de race blanche. Cette recherche publiée en 1974 sur 107 personnes âgées a conclu que « la perte osseuse liée au vieillissement, qui se produit dans de nombreuses populations, est plus précoce et plus intense chez les Esquimaux. Les facteurs nutritionnels d’un apport élevé en protéines, en azote, en phosphore et d’un faible apport en calcium sont peut-être impliqués. »

Les protéines, et surtout les protéines animales, consommées en excès par rapport à nos besoins font peser de lourdes charges sur l’organisme. Le foie et les reins travaillent dur pour traiter l’excès de protéines et excréter ses sous-produits avec l’urine. En raison de ce travail supplémentaire, on a constaté que les Esquimaux avaient un foie hypertrophié lorsqu’ils se nourrissaient de viande et qu’ils produisaient des volumes d’urine supérieurs à la moyenne afin d’excréter les sous-produits du métabolisme des protéines. Les os jouent également un rôle dans la gestion de l’excès de protéines animales (acides par nature) en neutralisant de grandes quantités d’acides alimentaires. Dans ce processus, la structure osseuse et le contenu minéral osseux sont perdus par le système rénal, appauvrissant les os dans une condition appelée ostéoporose.

  • Les Esquimaux sont infectés par des parasites

Les maladies des animaux sont facilement transmises aux humains lorsqu’ils sont consommés. Un exemple est la trichinose (une infection par le ver rond Trichinella spiralis), que l’on retrouve chez environ 12 % des esquimaux âgés ; un résultat de la consommation de viande crue et infectée de morse, de phoque et d’ours polaire. Dans la plupart des cas, cette infestation parasitaire ne provoque aucun symptôme, mais la maladie et la mort peuvent en résulter.

  • Pollution chimique dérivée de la viande

Depuis les années 1970, le régime alimentaire des Esquimaux contient des niveaux élevés de polluants organiques toxiques et de métaux lourds. Ces produits chimiques lipophiles sont attirés et concentrés dans les tissus adipeux des animaux terrestres et marins. Conséquence directe du régime alimentaire traditionnel des Esquimaux (aujourd’hui contaminé par les déchets de l’industrie), les corps de ces peuples de l’Arctique contiennent les plus fortes concentrations humaines de produits chimiques environnementaux que l’on puisse trouver sur Terre : « des niveaux si extrêmes que le lait maternel et les tissus de certains Groenlandais pourraient être classés comme des déchets dangereux. » On a constaté que les femmes esquimaudes présentaient dans leur lait maternel des niveaux de PCB cinq à dix fois plus élevés que les femmes du sud du Canada. Ces produits chimiques causent et favorisent de nombreuses formes de cancer et provoquent des maladies du cerveau, notamment la maladie de Parkinson.

La nutrition s’est dégradée pour les Esquimaux

L’idée que la consommation de viande, de poisson et d’huile de poisson favorise la santé et la guérison a retenu l’attention de la communauté scientifique en grande partie à cause de la mauvaise interprétation** de l’expérience des Esquimaux. Mais la vie a empiré pour les Esquimaux. Au cours des 50 dernières années, leur régime alimentaire traditionnel a été encore modifié par l’ajout d’aliments occidentaux. Plutôt que d’utiliser un hameçon, une lance ou un gourdin pour attraper leur repas, comme par le passé, les habitants de cette partie du monde utilisent le « leurre vert » (le billet d’un dollar) et attrapent leurs repas à travers la fenêtre ouverte d’une voiture dans le fast-food local. L’obésité, le diabète de type 2, les caries dentaires et les cancers du sein, de la prostate et du côlon se sont ajoutés aux problèmes de santé traditionnels des Esquimaux que sont les maladies artérielles, la perte osseuse et les maladies infectieuses.

De nos jours, les gens qui vivent dans le nord gelé ont des maisons chauffées et se déplacent dans des SUV confortables. L’environnement difficile dans lequel leurs ancêtres ont à peine survécu nécessitait un régime carnivore. L’époque où il fallait 3100 calories par jour pour lutter contre le froid glacial et chasser pour le dîner est révolue. L’idée selon laquelle les épidémies actuelles d’obésité et de maladie chez ces populations nordiques seraient mieux soignées par un retour aux anciennes habitudes de régime carnivore ne fonctionnerait pas à moins qu’elles ne retournent également vivre dans des igloos et ne chassent leurs terres pour chaque repas. Les médecins et les diététiciens qui s’occupent aujourd’hui de ces personnes souffrant du régime occidental avec l’ajout de trop d’aliments traditionnels (viande ancestrale) devraient prescrire un régime à base d’amidon pour les aider à perdre leur excès de poids et à guérir les maladies diététiques courantes.

*Le terme « Eskimo » vient d’un mot amérindien qui pourrait avoir signifié « mangeur de viande crue ». Le mot « Eskimo » en est venu à être considéré comme offensant, notamment au Canada. Beaucoup préfèrent le nom « Inuit », qui signifie « le peuple » ou « les vrais gens ». Cependant, « Eskimo » est le terme utilisé dans la littérature scientifique et historique et sera utilisé ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.